Langue: FrançaiseDeutsch
     HOME
     NOTRE PHILOSOPHIE
     STRUCTURE INTERNE DE EWA
     CHAMPS D'ACTION
     PROJETS ET PROGRAMMES
     PARTENAIRES DE COOPERATION
     NOUVELLES


CHAMPS D’ACTION

Réduction de la pauvreté

Etant donné la complexité des problèmes du développement et la diversité des contextes politiques, sociaux, économiques et culturels, EWA a choisi de concentrer ses efforts dans le Développement rural dans la zone sahélienne de l’Afrique de l’Ouest.

La coopération au développement pratiquée par EWA depuis 1986 vise à soutenir les populations les plus défavorisées dans les pays du Sud et à réduire la pauvreté. EWA travaille avec tous ses partenaires dans des programmes régionaux de taille petite à moyenne, qui sont bien définis des points de vue thématiques et méthodologiques et qui tiennent compte des caractéristiques économiques et socioculturelles particulières de la région d’intervention.

EWA est toujours à la recherche des bailleurs de fonds pour ses projets et programmes en zone sahélienne. Il s’engage à pratiquer une coopération au développement à long terme, mais planifie ses programmes de manière à ce que sa présence ne présente qu’un caractère provisoire qui permet d’assurer la qualité des actions.

Renforcement des capacités d’auto-développement des populations (capacités techniques, organisationnelles et financières)

Dans un terroir donné, l’imbrication des facteurs écologiques, économiques, sociaux, politiques et culturels rend complexes l’analyse et la résolution des problèmes qui en résultent. Aussi convient-il d’adopter une approche intégrée et de mettre à profit le savoir traditionnel local à travers la participation de la population à toutes les étapes du diagnostic, de la planification, l’exécution et l’évaluation des interventions.

Cette approche participative favorise une meilleure implication et donc une plus grande responsabilisation des bénéficiaires des programmes. En contrepartie, une telle mise en œuvre doit présenter une certaine progressivité adaptée à la situation organisationnelle des bénéficiaires et, ainsi, peut faire montre d’une relative lenteur. Mais cette contrainte constitue une des conditions nécessaires à une meilleure durabilité des actions entreprises.

Mise en valeur durable des ressources naturelles, dans le respect des équilibres écologiques et humaines

Dans le cadre de nos projets et programmes, nous nous concentrons sur la gestion des ressources naturelles, c‘est-à-dire des composantes d’un écosystème considérées comme précieuses par leurs utilisateurs; soit pour assurer leur subsistance soit pour des raisons culturelles. Ce sont en général l’eau, le sol, la faune et la flore.

Outre les aspects de conservation du capital de ressources naturelles (ou de ses facteurs de production) et d’amélioration durable de la productivité de ces mêmes facteurs de production, ces aspects constituant les deux axes principaux de leur mise en valeur, toute action entreprise dans le cadre de ces programmes doit veiller à respecter les aspects suivants:

  • l’utilisation de technologies appropriées dont la maîtrise peut rapidement être assurée localement;
  • la reconnaissance et l’utilisation des pratiques et des savoir-faire locaux qui peuvent être judicieusement intégrés dans les actions entreprises;
  • le respect d’une approche genre et développement pratiquée à la base;
  • le respect des particularités sociales, culturelles et religieuses, ainsi que le respect des équilibres sociaux et ethniques de la région;
  • la maximisation de l’implication des groupes cibles bénéficiaires dans la mise en œuvre des actions (sous forme de participation financière ou d’apports en nature ou en main d’œuvre);
  • l’utilisation de toute structure locale existante, voire son appui et son développement plutôt que la création de structures parallèles.

La gestion responsable des ressources naturelles est encouragée à travers un soutien adéquat aux secteurs productifs afin de susciter l’intérêt et la participation active des populations: l’agriculture (vivrière, maraîchage, arboriculture fruitière, etc.); l’élevage; l’hydraulique villageoise (p. ex. l’assainissement des puits déjà existants et la construction de nouveaux puits et des petits barrages, etc.); l’économie forestière; la conservation des eaux et des sols; la sensibilisation des bénéficiaires par rapport à la protection de l’environnement; le transfert des compétences techniques et organisationnelles; etc.

Promotion de l’artisanat rural

L’artisanat au Sénégal et au Burkina Faso est confronté à de nombreux problèmes qui sont de trois ordres:

  • les lacunes dans la formation professionnelle
  • la difficulté d’accès aux facteurs de production en particulier le crédit
  • et l’absence d’organisations socioprofessionnelles fortes pour soutenir le secteur.

Ces contraintes ne sont bien entendu pas les seules, mais les lever peut contribuer à la résolution d’autres contraintes importantes qui peuvent être identifiées. Les interventions de EWA dans ce secteur, qui ont démarré en 1987, ont permis dans une première phase la mise en place des ateliers de développement et de vulgarisation de technologies appropriées au monde rural du Sénégal et du Burkina Faso. Ces ateliers sont très vite devenus des outils de diffusion de technologies appropriées. Ils ont progressivement diversifié leurs produits. La recherche initiée a permis le développement et la vulgarisation de technologies appropriées conduisant à la mise au point de prototypes variés et différenciés dans les domaines de l’hydraulique, la production agricole, la transformation des produits et l’allégement des travaux des femmes. L’approche d’intervention de EWA est passée du transfert de technologies (entre 1987 et 1993) à une promotion du secteur artisanal (à partir de 1994). C’est dans ce contexte que les objectifs des Projets de promotion à l’artisanat - PROM’ART de EWA s’orientent autour des axes suivants:

  • améliorer les conditions de production et les capacités techniques des artisans et artisanes;
  • renforcer le fonctionnement des organisations (socio)professionnelles des artisan(e)s;
  • renforcer les capacités de production et de commercialisation des artisan(e)s;
  • favoriser la création et l’autonomisation des Mutuelles d’Epargne et de Crédit des artisan(e)s ruraux.

Des organisations autogérées d’artisans ont vu le jour et pris en charge de façon efficace le problème d’accès aux facteurs de production notamment le crédit avec un volume global de plus d’une centaine de millions ayant touché plus d’un millier d’artisans dans les régions d‘intervention. L’émergence de ces organisations a été un indice révélateur de l’évolution des attitudes des artisans qui, au delà de la résolution de l’accès aux facteurs de production, ont démontré de réelles aptitudes d’auto promotion. L’approche d’intervention des programmes PROM’ART de EWA au Sénégal et au Burkina Faso est centrée sur la participation et surtout la responsabilisation des partenaires à la base. Ces derniers sont donc des acteurs qui interviennent à tous les niveaux du processus de mise en œuvre.

Renforcement du fonctionnement des organisations professionnelles des artisan(e)s et paysan(ne)s et appui à la création et l’autonomisation des Mutuelles d’Epargne et de Crédit des artisan(e)s et de Coopératives de paysan(ne)s

La consolidation des systèmes organisationnels déjà existants qui servent de cadre de représentation pour les artisan(e)s et paysan(nes), présente un aspect très important pour un développement durable du secteur. Les activités de promotion de EWA sont de caractère complémentaire et se limitent à l’amélioration des infrastructures et à des activités qui permettent d’augmenter la qualité. A part des organisations des artisan(e)s et paysan(ne)s, elles tiennent compte l’ensemble du réseau des acteurs de ces secteurs, y compris les structures étatiques et décentralisées (si cela s’avère nécessaire pour la réduction des déficits au niveau structurel). La fixation des rôles des acteurs individuels est à régler de manière participative avant le démarrage des activités; une évaluation constante de toutes les fonctions est prévue.

Promotion des femmes

L’approche Genre et développement (GeD) dans laquelle EWA s’insère est une amélioration de l’approche intégration des femmes au développement. Elle permet de réaliser un développement équilibré entre hommes et femmes. Cette approche prend en considération les besoins et les intérêts spécifiques des hommes et des femmes. Les hommes sont donc aussi bien impliqués dans la politique en matière de genre que les femmes. Suite à la position sociale souvent défavorisée des femmes (surcharge de travail, accès limité aux ressources comme la terre, le capital, l'éducation et la formation, sous-représentation au niveau de la prise de décision), l'application conséquente de l'approche GeD nécessite des mesures de promotion féminine. Elle ne répond pas seulement aux besoins pratiques des femmes mais aussi aux intérêts stratégiques, c'est-à-dire elle vise à l'amélioration de la condition sociale des femmes et au renforcement de leurs capacités comme une stratégie constructive et non compétitive.

Lutte contre la désertification

La désertification désigne la dégradation des terres arides, semi-arides et subhumides sèches par suite de divers facteurs parmi lesquels les variations climatiques et les activités humaines. La lutte contre la désertification comprend toutes les activités de mise en valeur intégrée des terres dans les zones arides, semi-arides et subhumides sèches en vue d’un développement durable et qui vise à prévenir et/ou réduire la dégradation des terres, remettre en état les terres partiellement dégradées et restaurer les terres désertifiées.

EWA est une des rares organisations autrichiennes qui travaillent depuis longtemps en zone sahélienne et qui concentre ses efforts dans l’amélioration durable des conditions de vie des populations et une mise en valeur durable des ressources naturelles; ceci dans le but de limiter dans la mesure du possible les processus de paupérisation des populations et de désertification qui touchent ces régions.
ENTWICKLUNGSWERKSTATT AUSTRIA
Kühnberg 25, 4902 Wolfsegg a.H., Austria
ZVR-Zahl: 170836813
Tel.: +43 (0) 7676/20779
Fax: +43 (0) 7683/5009 50041
E-Mail: office@ewa.or.at